Guide de production du coton biologique et équitable

1 Introduction

1.1 L’objectif de ce guide
Ce guide vise à fournir des informations sur le mode de production et de gestion du coton biologique et équitable en Afrique de l’Ouest. Il s’adresse surtout aux responsables des services en charge de la formation, de l’appui et accompagnement technique des groupements de producteurs de coton biologique. Le guide doit être complété par des matériaux didactiques additionnels tels que les fiches techniques de production et de gestion des ravageurs. Il n’existe pas une pratique unique de production de coton biologique, car les conditions de production varient d’une exploitation à l’autre et en fonction des sols, du climat, du savoir faire du producteur, de son niveau d’équipement, de la disponibilité en main d’oeuvre ainsi que des objectifs visés.

1.2 L’importance du coton

Le coton est la principale culture de fibre dans le monde où environ 25 millions de tonnes de coton fibre sont produit annuellement. Les plus grands producteurs sont la Chine, les EU, l’Inde, suivis du Pakistan, l’Ouzbékistan, et le Brésil. La FAO estime que près de 100 millions de familles rurales dépendent directement de la production de coton dont plus de 6 millions de foyers ruraux africains. Le coton pour de nombreux pays en Afrique de l’Ouest c’est le moteur de développement économique (par exemple Burkina Faso, Mali, Bénin, Sénégal). Dans cette région, le 56 pourcent du produit national brut (PNB) est du à la production cotonnière. Cependant, avec la mondialisation du marché et les subventions des pays riches à leurs producteurs de coton, la filière cotonnière traverse une crise profonde depuis quelques années. Les prix du coton sur le marché mondial ont baissé constamment, au même temps les coûts des intrants ont augmenté.

Outre la crise du marché, la culture de coton présente des sérieux risques environnementaux due à l’utilisation élevée de pesticides et d’engrais chimiques. En effet le coton n’occupe que 2,4% des surface cultivées, mais consomme 16% des insecticides de la planète, ce qui pose un grand danger pour la santé humaine et pour les écosystèmes. L’utilisation excessive de fertilisants et pesticides a pour conséquence la dégradation des sols, la baisse des rendements, des résistances des ravageurs aux pesticides ainsi qu’une réduction considérable des revenus des producteurs de coton.

Lire la suite

 
  • Dernières Actualités

    CIKELA DU 24 Août 2008

    Bulletin mensuel d’information de l’APCAM, N°24, Août 2008 plus

    13 JUILLET 2010

    A l’issue d’une assemblée élective de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM) tenue... plus

  • Bakary Togola

     Bakary TOGOLA, un paysan modèle au Mali pour les générations futures

    Servir d’exemple, est la meilleure façon de servir son pays. Au Mali l’actuel Président de l’APCAM est un exemple palpable qui mérite la plus grande considération. En effet, les activités agricoles menées par Monsieur Bakary Togola ne cessent de séduire. C’est pourquoi le rang et le prestige de ceux qui exercent le noble métier d’agriculteur, augmentent tous les jours. plus

  • IPC en images

     Visualisez les activités de l'IPC en images plus